Actualite du Jour

14 septembre 2017

Meilleure étudiante de l`année académique 2016-2017 : Christelle NANZIGI a réalisé 93 %.


Nonante-trois pourcents, telle est la côte obtenue par mademoiselle Christelle NANZIGI Migabo, inscrite en première année de graduat à la Faculté de Médecine de l’Université Catholique de Bukavu pour l’année académique 2016-2017. Pourcentage obtenu dès la première session, cette performance fait d’elle la meilleure des étudiants de toutes les Facultés organisées pour cette année académique et la première à avoir obtenu la plus grande distinction au sein de l’Université Catholique de Bukavu.

Une performance hors normes ?

Teint basané, sourire aux lèvres, modeste, du haut de ses dix-neuf ans, elle a répondu volontiers aux questions du Service de la communication afin de partager le sentiment d’émulation ainsi que son expérience (et secrets)  à ses camarades étudiant.e.s.

CECOM-UCB : Qui est Mademoiselle Christelle NANZIGI Migabo ?

Christelle : Christelle NANZIGI MIGABO est née à Bukavu, le 10 septembre 1998, de Jean MIGABO BAGULA et Francine BISHIKWABO BALIAHAMWABO. Sixième enfant de sa famille, elle a grandi dans cette ville chef-lieu de la Province du Sud-Kivu en République Démocratique du Congo.

CECOM-UCB : Peut-on savoir votre parcours scolaire ?

Christelle : Christelle a étudié à Bukavu, sa ville natale. Son parcours scolaire a été aisé et brillant depuis l’école maternelle jusqu’à l’école secondaire. Elle vient de terminer la première année de graduat en sciences biomédicales à l’Université Catholique de Bukavu pour l’année académique 2016-2017. En 2003, elle est inscrite à l’école maternelle du Centre Socio-Educatif des Sœurs de la Compagnie de Marie, à Nguba où venait de déménager sa famille. L’école se trouve près du Collège Alfajiri des Pères de la Compagnie de Jésus où elle sera inscrite l’année suivante en première année primaire. En 2010, elle a obtenu son certificat de fin d’études primaires avec 91% et en 2016, elle a réussi son diplôme d’état avec 82% en section scientifique, option : Chimie-Biologie. A l’issue de ses études secondaires, l’Association Pères de la Compagnie de Jésus en République Démocratique du Congo, lui a délivré un diplôme réussi avec 85%. Au cours de ses études secondaires, elle a été sélectionnée pour participer à différentes activités scolaires et / ou scientifiques, notamment en 2014, elle a pris part à la « Summer School » (Ecole d’Eté) organisée par l’Université Evangélique en Afrique (UEA) en partenariat avec « Esri », une organisation allemande ; en 2015, elle a participé au concours de dictée française organisé par l’Alliance Française et auquel elle a obtenu un prix d’excellence ; depuis 2013, elle participe chaque année au test d’excellence en vue d’une bourse d’études octroyée par BEBUC (Bourse d’Etudes Bringmann aux Universités Congolaises) en partenariat avec Förderverein Uni Kinshasa e.v., Else-Kröner-Frsenius-Stiftung et POËHLMANN HÖLGER FOUNDATION. Elle est boursière  de cette organisation.   Son école, le Collège Alfajiri l’a encouragée par des prix d’excellence chaque fois à la fin de l’année scolaire. A l’UCB où elle vient de passer l’année académique 2016-2017 à la Faculté de Médecine, elle a réussi et elle espère qu’il en sera de même pour le reste de sa vie académique. Christelle a un amour fort pour les sciences. La lecture lui permet d’élargir sa culture dans plusieurs domaines.

CECOM-UCB : Comment organisez-vous vos activités à l’Université afin d’être aussi excellente ?

Christelle : J’ai un petit agenda où j’écris mes programmes. Mon activité principale c’est la participation aux cours, au maximum possible. Entendez par-là la prise des notes et une attention particulière aux explications données par les professeurs.

Chaque jour, je relis mes notes car il ne faut pas remettre à demain ce qu’on a à faire aujourd’hui. Cette étude personnelle est suivie par des travaux en groupe et des échanges sollicités souvent par des collègues. J’apprécie bien cette méthode de travail. En effet, quand on discute et partage les connaissances avec les autres, on fixe facilement ce qu’on a appris st on s’enrichit mutuellement.

Je dois signaler que j’étudie en élaborant des synthèses et que je confronte mes notes aux informations disponibles à l’internet ou dans des encyclopédies.

CECOM-UCB : Quel est votre souhait pour la suite du parcours académique ?

Christelle : Ici, il n’est pas question de briser les étapes mais de bien réussir chaque étape. Cela demande de la détermination mais aussi des facteurs favorisants la réussite. Pour une bonne suite de mon parcours académique, je souhaiterai un soutien. Je sais bien que les études de médecine durent un peu plus que les autres. Elles demandent certes des moyens. Le soutien désiré me permettra un cursus normal. Il concerne aussi bien les finances, le matériel que la documentation.

CECOM-UCB : Des projets d’avenir ?

Christelle : Oui, j’ai des projets d’avenir. J’envisage devenir médecin professeur d’université et chercheur. J’aimerais travailler dans mon pays où les problèmes de santé sont multiples. En avançant dans mes études universitaires, je saurai le domaine dans lequel je me spécialiserai. Ce sera certes un domaine où des solutions aux problèmes de santé ne se sont pas révélées efficaces.

CECOM-UCB : Que recommandez-vous à vos camarades étudiants afin qu’ils réussissent mieux leur formation universitaire ?

Christelle : La réussite est le fruit de plusieurs sacrifices. La loi du moindre effort est à bannir. Mieux réussir sa formation universitaire demande un travail assidu, une bonne organisation du temps et une bonne collaboration positive avec toutes les personnes impliquées de loin et de près dans ce projet grandiose : les formateurs, les collègues, les parents, les membres de famille, les voisins, etc. Les examens ne se préparent pas la veille. En plus, il faut une confiance en soi-même et une ouverture aux autres. Ainsi, on doit être disposé à recevoir des autres tout ce qui peut nous enrichir et aussi donner aux autres ce dont ils ont besoin pour la réussite de leur vie. La réussite ou l’échec individuel ne manque pas d’impact sur notre entourage.

Par ailleurs, nous devons nous exercer au langage cohérent et concis, à une expression correcte, limpide, souple et bien agencée.

CECOM-UCB : Un mot pour conclure ?

Christelle : Le mot de conclusion, ce sont mes remerciements à tous mes formateurs. D’abord au Seigneur pour la grâce qu’Il m’a donnée d’être tel que je suis. Ensuite à mes parents, à ma famille au sens le plus large (biologique, chrétien, scientifique, etc.) et à toutes les personnes et organisations qui promeuvent l’excellence. Je pense ici au Collège Alfajiri, à la famille BEBUC, à l’UCB, … Enfin, c’est un devoir pour moi de remercier l’UCB pour la formation dont je bénéficie et pour les efforts à consentir afin que les étudiants continuent à recevoir une meilleure formation. Je me sens redevable à l’égard de mon Université qui compte sur moi. Moi, également je compte sur elle et j’espère qu’elle trouvera un soutien en faveur des étudiants excellents et aussi qu’elle ménagera un effort pour inciter tous les étudiants à un meilleur travail académique.

Par Emmanuel BIGOSI et

 Patient Mushagalusa/Communication UCB


Partager avec vos amis sur:

Address
Adresse: adresse bugabo 02, Av. de la Mission, Commune de Kadutu Bukavu RD Congo
Tel : (+243) 993031592, 991585658
Email: info@ucbukavu.ac.cd